PRÉSENCES

Rabat, Marroc

A travers cette série, j’ai voulu mettre en valeur le principe de « photo dans la photo ». J’ai aussi voulu interroger le rapport entre les citoyens et une personne vénérée, presque sacralisée, jusque dans ses images photographiées : le roi du Maroc.

Le cas des marocains à l’égard de leur roi adulé, respecté et presque transformé en figure Pop a en effet attiré mon attention. Un roi dont les photographies érigées en effigie sur les murs dans les bureaux, dans les rues et même dans les familles, ont gravé dans le subconscient du citoyen lambda une sorte de big brother « Royal ».

Nous avons en effet l’impression que les photographies du roi surveillent le peuple partout, à tout moment. Des images auxquelles le peuple voue le même degré de respect que celui dû au roi en personne...

D’un point de vue religieux, il est intéressant de savoir que s’il est permis de prendre une photo de la photo du roi, il est en revanche blasphématoire de prendre la photo de l’image du roi lorsqu’elle se trouve placer derrière une autre personne.

Mon travail s’est donc articulé autour de ces jeux de pouvoir entre une image et son coté sacré. Au delà de la figure du roi, les rues de Rabat témoignent d’un profond attachement à un homme, une histoire...